Opposition congolaise, des loups qui se mangent entre eux

Article : Opposition congolaise, des loups qui se mangent entre eux
11 décembre 2018

Opposition congolaise, des loups qui se mangent entre eux

Caricature d’une opposition divisée face à un candidat commun du pouvoir/ Par Kash pour Actualite.cd

A 12 jours de la tenue des élections, l’opposition se retrouve divisée. Orgueil, trahison et exclusion ont attisé les conflits internes, jusqu’à fragiliser une certaine coalition formée dans l’objectif de vaincre le camp du pouvoir à la prochaine présidentielle.

Une opposition plurielle pour un objectif commun : déboulonner le régime de Kabila à travers les élections du 23 décembre.

Mais dans la mesure où l’opposition est plus divisée que jamais, vaincre le camp du pouvoir aux prochains scrutins parait finalement une mission impossible. Car en face d’elle, il y a un bloc. Les partis au pouvoir se sont tous alignés derrière Ramazani Shadary. Celui-ci est choisi par Joseph Kabila pour porter, à la présidentielle, les couleurs du Front commun pour le Congo (FCC). Plateforme électorale créée par le président sortant dans le but de maintenir la main sur la gestion du pays, en dépit de son exclusion du processus électoral.

Pour mener un combat équilibré, l’opposition devrait également soutenir une candidature commune. « L’union fait la force », dit-on. Une stratégie dont la tentative s’est avérée plutôt suicidaire pour les opposants.

Opposition contre opposition

Réunie à Genève pour désigner un candidat commun, l’opposition congolaise s’est retrouvée fatalement en ordre dispersé. Le choix de Martin Fayulu comme candidat unique n’a pas fait d’unanimité. Le malaise était perceptible après le vote. Aucun mot sur les comptes Twitter de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, deux grandes figures de l’opposition pressenties comme favoris pour porter le flambeau de l’opposition à la prochaine présidentielle.

Moins de  24 heures après le choix de Fayulu comme candidat unique de l’opposition, Tshisekedi et Kamerhe, frustrés, ont fait volte-face. Ils ont annoncé leur retrait de Lamuka, la coalition de l’opposition à peine créée pour battre celle du pouvoir aux prochaines élections. Tshisekedi et Kamerhe prétendent avoir obéi à leurs bases. Celles-ci auraient désapprouvé le choix de Fayulu comme porteur des couleurs de l’opposition à la prochaine présidentielle.

Mais l’histoire en est une autre, visiblement. Les deux leaders de l’opposition ne pouvaient en aucun cas accepter un choix en dehors de l’un de deux. Ils s’estiment populaires et compétents pour conduire l’opposition aux élections. L’orgueil a primé sur l’intérêt commun. Et leur désolidarisation, après la désignation de Fayulu, a dynamité l’union de l’opposition.

Actuellement Tshisekedi et Kamerhe ont formé une alliance parallèle à celle de Genève conduite par Marytin Fayulu. Les deux coalitions de l’opposition s’affrontent sur fond d’une campagne électorale sans pareil. Cette rivalité des opposants profite largement à Ramazani Shadary qui jouit de la confiance et loyauté de tous les partis réunis au sein de la plateforme dont il est l’unique candidat.

Partagez

Commentaires

Kevin Bosange
Répondre

Rien est impossible, le FCC ne passera pas sauf si la CENI utilise sa machine à tricher.