RDC : En attendant les résultats du vote, place aux rumeurs

Article : RDC : En attendant les résultats du vote, place aux rumeurs
7 janvier 2019

RDC : En attendant les résultats du vote, place aux rumeurs

Une urne après comptage des bulletins dans un centre de vote à Kinshasa, le 28 novembre 2011.
Photo: MONUSCO/ Myriam Asmani depuis Wikimedia Commons

Martin Fayulu, Félix Tshisekedi et Emmanuel Ramazani Shadary, trois challengers à la succession de Joseph Kabila, retiennent leur souffle après les élections du 30 décembre dernier en République démocratique du Congo. En attendant la proclamation du vainqueur par la Commission électorale (CENI), des spéculations se multiplient sur la suite de ce processus électoral qui retient l’attention du monde entier.

A Kinshasa, notamment, chacun essaie d’imaginer, de sa manière, le scénario qui pourrait se produire après que la CENI aura annoncé les résultats de la présidentielle. Focus sur quelques-unes des rumeurs les plus folles qui se répandent comme une traînée de poudre dans différentes rues de la capitale congolaise.

Un complot en gestation

D’après certaines « bouches autorisées », le Front Commun pour le Congo (FCC), coalition électorale du pouvoir, a entamé des tractations avec le Cap pour le Changement (CACH), l’une de deux puissantes plateformes électorales de l’opposition. Le but serait de convaincre Félix Tshisekedi, candidat du CACH, de « vendre » ses voix obtenues au candidat du pouvoir, Ramazani Shadary, pour que ce dernier soit proclamé vainqueur de la présidentielle par la CENI. Ceci aurait pour objectif d’étouffer la percée fulgurante de Martin Fayulu, candidat de Lamuka, autre plateforme électorale de l’opposition hostile à Joseph Kabila.  Et en guise de récompense, Félix Tshisekedi occupera le poste de Premier ministre dans le nouveau gouvernement. Ensuite Fayulu, déjà soupçonné d’avoir commandité l’incendie de l’entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa, juste une semaine avant la tenue des élections, serait incarcéré ou forcé à s’exiler.

« Vers un bain de sang »

D’autres rumeurs accusent le président sortant, Joseph Kabila, de préparer des assassinats ciblés dans le but de revenir aux affaires le plus rapidement possible. La première victime serait Martin Fayulu, l’opposant pressenti vainqueur de dernières élections, d’après les tendances.  Les rumeurs racontent que le meurtre de Fayulu va provoquer des émeutes qui seraient réprimées dans le sang par les forces de l’ordre. Corneille Nangaa, président de la Commission électorale, avec un couteau sous la gorge, serait obligé de proclamer Ramazani Shadary, candidat du pouvoir,  vainqueur de la présidentielle. Celui-ci, ne fera qu’une courte durée à la tête du pays, avant de se faire tuer à son tour par son prédécesseur. Ce qui va permettre à Joseph Kabila de reprendre les commandes de l’État pour un intérim qui n’aura jamais de fin proche.

Scénario à l’ivoirienne…

Il y a aussi des voix qui imaginent l’issue du processus électoral en RDC à peu près de la même façon telle que cela s’est produit en Côte d’Ivoire en 2010 avec le président sortant, Laurent Gbagbo et son rival, Alassan Ouattara. D’après les rumeurs, Corneille Nangaa, président de la Commission électorale (CENI), sous la protection des puissances occidentales, va proclamer l’opposant Martin Fayulu vainqueur de la présidentielle.  La Cour constitutionnelle, réputée proche de Joseph Kabila, va invalider les résultats provisoires de la CENI et va confirmer Ramazani Shadary, candidat du pouvoir, président élu de dernières élections. Il y aurait ensuite un affrontement armé entre les rebelles, soutenus par l’occident, et les troupes de Joseph Kabila. Celui-ci sera finalement capturé et envoyé à la Cour pénale internationale pour être jugé.

Partagez

Commentaires